Ðiên Biên Phú

Un nouveau site référencé sur Annuaire Histoire :

Ðiên Biên Phú
http://www.dienbienphu.org/

Site dédié à la bataille de Ðiên Biên Phú !

7 mai 1954 : La Guerre d’Indochine entre dans sa phase terminale …
Ðiên Biên Phú : la plus furieuse, la plus longue bataille du Corps expéditionnaire français en Extrême-Orient.
170 jours d’affrontement, dont 57 jours d’enfer.

Maisnie de la Chesnaie (Lyon)

un nouveau site référencé sur Histoire et patrimoine des villes et villages de France :

Maisnie de la Chesnaie (Lyon)
http://maisnie-chesnaie.blog4ever.com

La Maisnie de la Chesnaie est une association lyonnaise d’animation historique, spécialisée sur la période Renaissance (XVe & XVIe siècles).
Elle soutient également le Pennonage Laënnec-Transvaal (Lyon 8e) dans ses activités.

Itinéraires d’un officier de cavalerie du Second Empire

Aymard de FoucauldLa Louve Editions vient de publier la biographie

d’Aymard de Foucauld (1824-1863), laquelle a pour auteur Emmanuel Dufour et pour préfacier Jean

François Lecaillon. Cet ouvrage de 416 pages (27 €) disponible dans les bonnes librairies, sur

les sites marchands du net et sur le site de l’éditeur http://www.lalouve-editions.fr. retrace la

carrière de cet officier de cavalerie du Second Empire, tombé au combat au Mexique en 1863 et

qui avait intégré Saint-Cyr sous la Monarchie de Juillet.

 

 

Une nouvelle preuve que d’excellents ouvrages, de véritables pépites, sont à rechercher dans

 les catalogues des “petites” maisons d’édition (…). C‘est un véritable tableau de la société

militaire (cavalerie légère) du temps que nous propose Emmanuel Dufour, dans sa vie

quotidienne, ses espoirs et ses difficultés, ses ambitions et  ses déceptions (…). De ce point

de vue, il s’agit indiscutablement d’un véritable apport à la connaissance historique et, à notre

sens, tout amateur des questions militaires et sociales sous le Second empire se doit de

connaître cette belle biographie“, estime Rémy Porte.

http://guerres-et-conflits.over-blog.com/article-un-officier-de-cavalerie-au-xixe-s-112446656.html

” (…) Emmanuel Dufour a réalisé un travail colossal et livre un texte dense et riche, mais d’une

clarté étonnante. Jamais on ne se perd dans les multiples déplacements d’Aymard. le texte est

habilement découpé en parties dont les titres, en plus d’être explicites, sont de belles trouvailles.

(…) N’hésitez pas à lire les notes de fin de chapitre : elles forment un appareil historique

passionnant !”

Le parcours d’Aymard de Foucauld, qui préfigure celui, une génération plus tard, de son cousin
Charles (le bienheureux Père de Foucauld), ne demande qu’à être découvert en ce qu’il a de
singulier par rapport à l’individu et en ce qu’il fait figure d’archétype par rapport à ses camarades
officiers du Second Empire.

La Route Napoléon – Epique époque

Un nouveau site référencé sur Annuaire Histoire :

La Route Napoléon – Epique époque
http://www.laroutenapoleon.com/

Evidemment, Napoléon n’a jamais pris la Route Napoléon, puisque la route n’existait pas lorsqu’il a débarqué à Vallauris, dans le Golfe-Juan, le 1er mars 1815. C’est la Nationale 85 qui a pris le nom de l’Empereur pour devenir la première route touristique à caractère historique.
Sur l’initiative du Touring-Club de France, en 1909, voit le jour la Grande Route des Alpes. La RN 85, à l’instigation des syndicats d’initiative locaux en 1932 est baptisée Route Napoléon pour faire pendant à cette Grande Route des Alpes, fermée l’hiver.
La Route Napoléon est donc la route qui va de la Côte d’Azur au coeur des Alpes, praticable toute l’année.

C’est à l’abbé Jules Chaperon, curé de la Martre que l’on doit la paternité de cette appellation. En 1913, membre du syndicat d’initiative d’Artuby, il demande aux pouvoirs publics de « décerner à la Route Nationale 85, le titre exceptionnel de Voie Napoléon comme sous les Romains, il y avait une voie Aurélienne », mais la guerre 14-18, retarde le projet.

La volonté de l’état de déclasser la Route Napoléon, connue comme telle depuis le 1er juillet 1932, fait se mobiliser de nombreux élus locaux qui fondent l’Action Nationale des Elus pour la Route Napoléon : l’A.N.E.R.N. Créée le 4 février 1969 à l’initiative du préfet Jacques Biget, maire de St Vallier de Thiey et de M. Bellon maire de St Auban, conseiller général.
L’A.N.E.R.N. regroupe 42 communes situées sur la RN 85 qui déssert 5 départements et 2 régions : Provence, Alpes-Côte d’Azur et Rhône-Alpes.
Le premier combat de l’association est de s’opposer au déclassement de la partie basse de la Route Napoléon, c’est à dire de l’ôter du réseau national au profit du réseau départemental comme en avait décidé l’état. Ce déclassement aurait brisé l’unité administrative de la route et aurait été dramatique pour le reste de la RN 85. Sa mission demeure de faire valoir le caractère essentiel et national au sens de l’aménagement du territoire de ce parcours emprunté par Napoléon et désormais dédié au tourisme.
Pendant trente ans, l’A.N.E.R.N. s’est consacré à l’amélioration constante du réseau routier et à l’organisation d’une signalisation tant directionnelle qu’informative dont le fleuron a été dès 1986 le premier Relais Information Service : le R.I.S.
Il y a actuellement 13 R.I.S. en place tout au long du tracé. Avec le logo de « L’Aigle » à l’entrée de chaque commune, ces R.I.S. vous aideront dans votre progression.

Si elle ne suit pas exactement les chemins de l’époque dont beaucoup ont d’ailleurs disparu, la Route Napoléon donne une bonne idée du périple effectué en 1815 par l’Empereur allant de Vallauris à Grenoble, par Grasse, Digne, Sisteron, Gap, et Corps. Ce qui totalise plus de 300 kilomètres, à pied le plus souvent, en une semaine. Un exploit …
Le Vol de l’Aigle, volant de clocher en clocher, jusqu’aux tours de Notre-Dame se poursuivra par Lyon, Mâcon, Châlons-sur-saône, Autun, Auxerre et enfin Paris où Napoléon retrouve le trône, que vient d’abandonner Louis XVIII, en fuite vers Gand.
Ce seront les Cents-Jours, Waterloo, la Seconde Abdication, enfin le départ vers Rochefort, puis Plymouth et I’île de Ste Hélène…

(texte et photos de Jacques L’AZOU)

la suite sur le site de la Route Napoléon

 

Le Dauphiné en philatélie : Histoire et commémorations

Voici quelques timbres évoquant l’Histoire du Dauphiné, et la commémoration des principaux événements.

1) Résistants (du Dauphiné ou d’ailleurs …) lors de la 2ème guerre mondiale
2) A la mémoires des Résistants et du Maquis
3) La Révolution française
4) Les personnages de la Révolution française
5) Commémorations diverses
6) Les jeux Olympiques de Grenoble

1) Résistants (du Dauphiné ou d’ailleurs …) lors de la 2ème guerre mondiale
1ère série (1957) :

2ème série (1958) :

3ème série (1959) :

4ème série (1960) :

5ème série (1961) :

2) A la mémoire des résistants et du maquis

3) La Révolution Française :

4) Les personnages de la Révolution Française

5) Commémorations diverses

6) Les Jeux Olympiques de Grenoble

 

Le Dauphiné en philatélie – sites remarquables

Voici, par ordre chronologique, quelques timbres postaux, édités depuis 1943, et évoquant les sites remarquables du  Dauphiné.

Le lac Lérié et La Meije (1943)

Le VIème centenaire du rattachement du Dauphiné à la France
(Collégiale Saint-Barnard à Romans)
(1949)

Les armoiries du Dauphiné
(1953)

La Région Rhône-Alpes (1977)

Crest, dans la Drôme (1981)

Le monastère de la Grande Chartreuse (1984)

Le palais idéal du facteur Cheval (1984)

Vienne (Isère) (1985)

Le Mont Aiguille (1992)

Le pont de Nyons (Drôme)
(1996)

Le parc des Ecrins (1997)

Le château de Grignan (Drôme)
(2001)

Notre-Dame de La Salette (Isère)
(2002)

Chalet des Alpes (2004)

La transhumance (2006)

ANCRE Histoire

Un nouveau site référencé sur Annuaire Histoire :

ANCRE Histoire
http://ancrehistoire.fr/

Anniversaires nationaux – Histoire de France (ancienne et contemporaine) – Personnages, énigmes et drames de l’Histoire (de France et du monde) – Grandes Civilisations – Versailles… –
Arts et Techniques, Sport, Aventure…

Cité médiévale de Provins

un nouveau site référencé sur Histoire et patrimoine des villes et villages de France :

Cité médiévale de Provins
http://www.provins.net/

Site officiel de l’Office de Tourisme de Provins, cité médiévale classée Patrimoine de l’Unesco.
Monuments, spectacles historiques, visites guidées et événements tout au long de l’année pour un véritable voyage au Moyen Âge !

La Fondation Suisse de l’Ordre des Chevaliers de Rondmons

La Fondation de l’OCR vous permet d’acquérir en toute légalité un titre de chevalerie particulier, unique et protégé, certifié par notaire. Les buts de la Fondation, outre la protection des titres et des blasons, sont d’aspect patrimonial, culturel et caritatif. Le fondement de cet ordre de chevalerie démocratique est la communication et la courtoisie.

Tous les titres bénéficient d’une reconnaissance officielle et peuvent être portés légalement dans le monde entier sans restriction car ils émanent d’un ordre de chevalerie souverain et universel. Ils défendent une nouvelle chevalerie du 3ème millénaire, accessible à tous, complètement indépendante d’états ou d’anciens régimes.

L’Autorité de surveillance de la Fondation est l’Etat de Fribourg en Suisse qui contrôle les comptes et l’application des statuts au sens légal strict.

Le choix et la décision de l’acquisition d’un titre est propre à chacun. Aucune raison n’est demandée, qu’il s’agisse de réaliser un rêve, de se faire plaisir en portant un titre, ou de contribuer à concrétiser un des projets de la Fondation. Il n’y a pas de critère de nationalité, de sexe, d’âge, de religion, de race ou de jugement.

Les personnes possédant un titre de la Fondation jouissent de privilèges et de liberté totale, car il n’y a pas de contrainte, pas de cotisation annuelle, pas d’engagement et pas de mystère. La Fondation n’est statutairement pas sectaire, pas politique, pas religieuse. Personne n’est tenu de participer aux activités de la Fondation.

Le titre se présente sous la forme d’une Lettre de Chevalerie sur laquelle figurent le blason unique au monde et protégé, ainsi que sa qualité (Chevalier, Baron, Comte, Marquis ou Duc-Farge). Il est accompagné d’une lettre d’investiture, d’une attestation notariale, d’une copie du testament du Chevalier de Rondmons, d’un protocole d’usage et d’un acte de droit sur la légalisation des titres signé du Conseil d’Etat.

Après perception du Droit de Sceau, le titre que vous aurez choisi vous sera remis de façon officielle ou envoyé par la poste.

Ce que nous vous suggérons, c’est une visite approfondie de notre site www.rondmons.org ou, si nécessaire, un entretien téléphonique, voire une entrevue pour vous présenter en détail la Fondation (Acte de constitution de l’Ordre, statuts, Armorial, composition du blason, châteaux, Autorité de surveillance, acte notarié, privilèges, Cour d’honneur etc.). N’hésitez pas à consulter notre rubrique FAQ qui répond à beaucoup de questions.

La valeur des titres figure également dans le menu « Titres et blasons » sous la rubrique 1 puis « tous les titres et leur valeur ». Ensuite vous pouvez vous référer à la marche à suivre pour l’obtention d’un titre sur ce même site en commençant par choisir un blason, selon le principe « vous aidez la Fondation, vous recevez un titre en remerciement ». Bienvenue donc d’effectuer votre démarche dans ce sens.

« La voie chevaleresque n’appartient pas à un glorieux passé. Il est possible pour chacun de nous, selon notre propre aspiration, de la suivre. » En devenant Chevalier de l’Ordre des Chevaliers de Rondmons vous entrez directement dans la légende et l’Histoire de la chevalerie.

vidéo de présentation

Issoire Philatélie, la passion des Collections

Un nouveau site référencé sur Annuaire Histoire :

Issoire Philatélie, la passion des Collections
http://www.issoire-philatelie.com

Issoire Philatélie, votre web marchand dans le milieu de la collection, Nos articles sont garantis satisfait ou échangé, nos timbres sont tous **, nos pièces de qualité neuve ( provenance de rouleau ) UNC.