Cottes de mailles, armes et maquettes médiévales

Un nouveau site référencé sur Annuaire Histoire :

Cottes de mailles, armes et maquettes médiévales
http://cottedemailles.e-monsite.com/

Fabrication et commercialisation de cottes de mailles, d’armes, de casques et de maquettes de guerres médiévales.

Les Belges, leur histoire

Un nouveau site référencé sur Annuaire Histoire :

Les Belges, leur histoire
http://www.histoire-des-belges.be/

Des Gaulois jusqu’à la constitution d’un Etat fédéral en passant par les différentes dominations étrangères et les différends entre Flamands et Wallons, le site retrace l’épopée des Belges sur une période de plus de 2.000 ans.

Première guerre mondiale 1914-1918

Un nouveau site référencé sur Annuaire Histoire :

Première guerre mondiale 1914-1918
http://www.premiere-guerre-mondiale-1914-1918.com/

Site regroupant plusieurs centaines de photos de soldats, lieux, tranchées, armements divers, artisanat des tranchées, cartes postales, lettres, décorations, casques, ainsi qu’une médiathèque et de nombreux témoignages; Ce site évoluera par la suite.

CONSTRUCTION DES PYRAMIDES D’EGYPTE

NOUVELLE HYPOTHESE

 

Une méthode de construction applicable à toute pyramide de l’Ancien Empire quelle que soit sa taille. Elle est basée sur un concept simple et économique. Elle s’inscrit dans le cadre logique de l’évolution architecturale. Enfin, elle est très aisément vérifiable.

Résumé de l’hypothèse.

La « fin du monde » dans l’Amérique précolombienne. Le 5è Soleil

L’association Thucydide organise le mardi 18 décembre 2012 un Café Histoire sur la culture méso-américaine (Mayas, Aztèques) afin de mieux éclairer le public sur la conception du Temps chez ces civilisations (presque) disparues.
Loin des délires mystiques de certains millénaristes en mal d’angoisses, l’intervenant, M. Levine, Correspondant de l’Académie des Inscription et Belles-Lettres (Institut de France), spécialiste des civilisations de l’Amérique précolombienne, nous parlera des calendriers et rituels religieux mayas et aztèques, et remettra en ordre les idées reçues sur la pseudo « fin du monde » qui fait tant jaser…
Date : mardi 18 décembre 2012
Horaires : de 20:00 à 21:30
Lieu : Bistrot Saint-Antoine, 58 rue du Faubourg-Saint-Antoine 75012 Paris. – Métro : Stations Bastille (lignes 1, 5, 8) et Ledru-Rollin (ligne 8) – Bus : Lignes 76 et 86, arrêt « La boule blanche »
Organisateur : Association Thucydide – Cafés Histoire : http://cafes.thucydide.com/La-fin-du-monde-dans-l-Amerique.html

Ðiên Biên Phú

Un nouveau site référencé sur Annuaire Histoire :

Ðiên Biên Phú
http://www.dienbienphu.org/

Site dédié à la bataille de Ðiên Biên Phú !

7 mai 1954 : La Guerre d’Indochine entre dans sa phase terminale …
Ðiên Biên Phú : la plus furieuse, la plus longue bataille du Corps expéditionnaire français en Extrême-Orient.
170 jours d’affrontement, dont 57 jours d’enfer.

Maisnie de la Chesnaie (Lyon)

un nouveau site référencé sur Histoire et patrimoine des villes et villages de France :

Maisnie de la Chesnaie (Lyon)
http://maisnie-chesnaie.blog4ever.com

La Maisnie de la Chesnaie est une association lyonnaise d’animation historique, spécialisée sur la période Renaissance (XVe & XVIe siècles).
Elle soutient également le Pennonage Laënnec-Transvaal (Lyon 8e) dans ses activités.

Itinéraires d’un officier de cavalerie du Second Empire

Aymard de FoucauldLa Louve Editions vient de publier la biographie

d’Aymard de Foucauld (1824-1863), laquelle a pour auteur Emmanuel Dufour et pour préfacier Jean

François Lecaillon. Cet ouvrage de 416 pages (27 €) disponible dans les bonnes librairies, sur

les sites marchands du net et sur le site de l’éditeur http://www.lalouve-editions.fr. retrace la

carrière de cet officier de cavalerie du Second Empire, tombé au combat au Mexique en 1863 et

qui avait intégré Saint-Cyr sous la Monarchie de Juillet.

 

 

 » Une nouvelle preuve que d’excellents ouvrages, de véritables pépites, sont à rechercher dans

 les catalogues des « petites » maisons d’édition (…). C‘est un véritable tableau de la société

militaire (cavalerie légère) du temps que nous propose Emmanuel Dufour, dans sa vie

quotidienne, ses espoirs et ses difficultés, ses ambitions et  ses déceptions (…). De ce point

de vue, il s’agit indiscutablement d’un véritable apport à la connaissance historique et, à notre

sens, tout amateur des questions militaires et sociales sous le Second empire se doit de

connaître cette belle biographie« , estime Rémy Porte.

http://guerres-et-conflits.over-blog.com/article-un-officier-de-cavalerie-au-xixe-s-112446656.html

 » (…) Emmanuel Dufour a réalisé un travail colossal et livre un texte dense et riche, mais d’une

clarté étonnante. Jamais on ne se perd dans les multiples déplacements d’Aymard. le texte est

habilement découpé en parties dont les titres, en plus d’être explicites, sont de belles trouvailles.

(…) N’hésitez pas à lire les notes de fin de chapitre : elles forment un appareil historique

passionnant ! »

Le parcours d’Aymard de Foucauld, qui préfigure celui, une génération plus tard, de son cousin
Charles (le bienheureux Père de Foucauld), ne demande qu’à être découvert en ce qu’il a de
singulier par rapport à l’individu et en ce qu’il fait figure d’archétype par rapport à ses camarades
officiers du Second Empire.

La Route Napoléon – Epique époque

Un nouveau site référencé sur Annuaire Histoire :

La Route Napoléon – Epique époque
http://www.laroutenapoleon.com/

Evidemment, Napoléon n’a jamais pris la Route Napoléon, puisque la route n’existait pas lorsqu’il a débarqué à Vallauris, dans le Golfe-Juan, le 1er mars 1815. C’est la Nationale 85 qui a pris le nom de l’Empereur pour devenir la première route touristique à caractère historique.
Sur l’initiative du Touring-Club de France, en 1909, voit le jour la Grande Route des Alpes. La RN 85, à l’instigation des syndicats d’initiative locaux en 1932 est baptisée Route Napoléon pour faire pendant à cette Grande Route des Alpes, fermée l’hiver.
La Route Napoléon est donc la route qui va de la Côte d’Azur au coeur des Alpes, praticable toute l’année.

C’est à l’abbé Jules Chaperon, curé de la Martre que l’on doit la paternité de cette appellation. En 1913, membre du syndicat d’initiative d’Artuby, il demande aux pouvoirs publics de « décerner à la Route Nationale 85, le titre exceptionnel de Voie Napoléon comme sous les Romains, il y avait une voie Aurélienne », mais la guerre 14-18, retarde le projet.

La volonté de l’état de déclasser la Route Napoléon, connue comme telle depuis le 1er juillet 1932, fait se mobiliser de nombreux élus locaux qui fondent l’Action Nationale des Elus pour la Route Napoléon : l’A.N.E.R.N. Créée le 4 février 1969 à l’initiative du préfet Jacques Biget, maire de St Vallier de Thiey et de M. Bellon maire de St Auban, conseiller général.
L’A.N.E.R.N. regroupe 42 communes situées sur la RN 85 qui déssert 5 départements et 2 régions : Provence, Alpes-Côte d’Azur et Rhône-Alpes.
Le premier combat de l’association est de s’opposer au déclassement de la partie basse de la Route Napoléon, c’est à dire de l’ôter du réseau national au profit du réseau départemental comme en avait décidé l’état. Ce déclassement aurait brisé l’unité administrative de la route et aurait été dramatique pour le reste de la RN 85. Sa mission demeure de faire valoir le caractère essentiel et national au sens de l’aménagement du territoire de ce parcours emprunté par Napoléon et désormais dédié au tourisme.
Pendant trente ans, l’A.N.E.R.N. s’est consacré à l’amélioration constante du réseau routier et à l’organisation d’une signalisation tant directionnelle qu’informative dont le fleuron a été dès 1986 le premier Relais Information Service : le R.I.S.
Il y a actuellement 13 R.I.S. en place tout au long du tracé. Avec le logo de « L’Aigle » à l’entrée de chaque commune, ces R.I.S. vous aideront dans votre progression.

Si elle ne suit pas exactement les chemins de l’époque dont beaucoup ont d’ailleurs disparu, la Route Napoléon donne une bonne idée du périple effectué en 1815 par l’Empereur allant de Vallauris à Grenoble, par Grasse, Digne, Sisteron, Gap, et Corps. Ce qui totalise plus de 300 kilomètres, à pied le plus souvent, en une semaine. Un exploit …
Le Vol de l’Aigle, volant de clocher en clocher, jusqu’aux tours de Notre-Dame se poursuivra par Lyon, Mâcon, Châlons-sur-saône, Autun, Auxerre et enfin Paris où Napoléon retrouve le trône, que vient d’abandonner Louis XVIII, en fuite vers Gand.
Ce seront les Cents-Jours, Waterloo, la Seconde Abdication, enfin le départ vers Rochefort, puis Plymouth et I’île de Ste Hélène…

(texte et photos de Jacques L’AZOU)

la suite sur le site de la Route Napoléon

 

Le Dauphiné en philatélie : Histoire et commémorations

Voici quelques timbres évoquant l’Histoire du Dauphiné, et la commémoration des principaux événements.

1) Résistants (du Dauphiné ou d’ailleurs …) lors de la 2ème guerre mondiale
2) A la mémoires des Résistants et du Maquis
3) La Révolution française
4) Les personnages de la Révolution française
5) Commémorations diverses
6) Les jeux Olympiques de Grenoble

1) Résistants (du Dauphiné ou d’ailleurs …) lors de la 2ème guerre mondiale
1ère série (1957) :

2ème série (1958) :

3ème série (1959) :

4ème série (1960) :

5ème série (1961) :

2) A la mémoire des résistants et du maquis

3) La Révolution Française :

4) Les personnages de la Révolution Française

5) Commémorations diverses

6) Les Jeux Olympiques de Grenoble