L'Histoire dans les manuels scolaires (Révolution, Restaurations, Empires)

Les nouveaux moyens de transports

C'est en Angleterre, dès le XVIIIè siècle, que naît l'idée d'utiliser des rails pour guider des wagonnets. D'abord en bois, ils furent ensuite fabriqués en fonte, puis en fer. Stephenson construisit la première locomotive capable de tirer un convoi de 13 tonnes à 25 km/h . Le train est la plus spectaculaire utilisation de la vapeur.
Jusqu'en 1850, le transport des personnes et des biens se fait toujours par la route et la voie d'eau. Sous le Second Empire, la France se couvre d'un réseau dense de voies ferrées. La navigation à vapeur se développe de façon spectaculaire.
La création du réseau de chemin de fer nécessite la construction de lignes, de rails, de tunnels, de ponts mais aussi de gares. Celles-ci accueillent marchandises et voyageurs au coeur des villes et deviennent le centre d'animation de nouveaux quartiers. La gare du Nord fut la première construite à Paris. Mise en service en 1853, et agrandie, elle existe encore aujourd'hui.
Sur mer, la navigation reste assurée par les voiliers. Pendant la seconde moitié du XIXè siècle, la machine à vapeur adaptée à des bateaux à coque métallique permet de naviguer sans dépendre de la force des vents. On met alors en place des lignes régulières entre les continents et en raccourcit les trajets en perçant des canaux.
Les progrès des transports maritimes permettent le multiplication des échanges ; ils facilitent le départ de nombreux européens vers d'autres continents et accélèrent la domination de l'Europe dans le monde.
réf : (2)


De la diligence au chemin de fer
Au trot des chevaux...
Au début du XIXè siècle, on ne dispose, pour se déplacer, que de la traction animale : les chevaux tirent les diligences. Les voyages sont longs et fatigants : dix jours pour aller de Bordeaux à Paris, car la vitesse moyenne de la diligence est de 4,5 kilomètres à l'heure. Il faut, en effet, s'arrêter souvent dans les relais de poste pour changer de chevaux, et on ne roule pas la nuit. Ces relais sont aussi des auberges, où des voyageurs se remettent des fatigues de l'étape : manque de place dans la voiture, cahots, poussière et parfois accidents.
A toute vapeur
La découverte de la force contenue dans la vapeur a permis un grand progrès : l'invention de la locomotive à vapeur qui, peu à peu, remplace la traction animale.
On installe des rails, on construit des locomotives et des wagons : le chemin de fer est né. En France, les premiers trains roulent vers 1830.
On s'émerveille de la rapidité du chemin de fer, qui bouleverse la façon de voyager, mais beaucoup s'en méfient. La France met du temps à l'adopter.
En 1900, les diligences disparaissent complètement, remplacées par les automobiles et les autocars.
réf : (3)


La révolution des transports
C'est pour évacuer le charbon hors des mines que l'on emploie pour la première fois des wagonnets sur des rails. En France, la première voie ferrée est ouverte en 1827 sur 18km, entre Saint-Etienne et le port fluvial d'Andrézieux, sur la Loire. Les voitures sont encore remorquées par des chevaux.
En 1832, apparaissent sur la ligne Saint-Etienne - Lyon, les premières voitures de voyageurs, et surtout les premières locomotives à vapeur.
De 1830 à 1850, les chemins de fer n'en sont qu'à leur début : les diligences essaient de faire face à leur concurrence et on redoute encore cette nouveauté. Entre 1850 et 1870, les grands axes ferroviaires se développent à travers la France. En 1870, toutes les grandes villes sont reliées à Paris.
Entre 1870 et 1914, on construit des voies secondaires. Les chemins de fer bouleversent la vie : les hommes, les produits, les journaux, donc les idées, circulent plus facilement.
Les transports maritimes aussi utilisent la vapeur. Les grandes lignes transatlantiques régulières se créent.
réf : (4)


Après 1830, ... il y a un peu plus de 100 ans, voici un des premiers trains de chemin de fer construit en France. Quelques voitures en bois derrière une bizarre machine à longue cheminée fumante .Les gens sont émerveillés : des voitures sans chevaux ; 40 km à l'heure !
Certains se plaignent bien de la fumée qui nuit aux récoltes, du bruit qui effraie, du danger, du manque de confort. Mais la mode du chemin de fer se développe ; les trains deviennent plus rapides et plus confortables.
On vient d'achever ce beau canal, qui s'allonge tout droit, à travers les sables du désert, d'une mer à l'autre...
Ce sont de grandes fêtes. L'Impératrice Eugénie, épouse de Napoléon III est venue les présider. Des drapeaux français flottent partout. Pourquoi ? Parce que c'est un Français, Ferdinand de Lesseps, qui a fait creuser ce canal : le canal de Suez.
Le trajet d'Europe en Extrême-Orient se trouve beaucoup raccourci.
réf : (8)


La naissance du chemin de fer
En 1817, l'Anglais Stephenson construit des locomotives à vapeur. En 1830, une ligne de chemin de fer réunit les villes de Liverpool et de Manchester, et en 1850, l'Angleterre dispose de 10 000 kilomètres de voies ferrées.
Le chemin de fer se répand rapidement en Europe occidentale, et aux Etats-Unis à partir des années 1835-1840. En 1878, la France dispose de 21 300 kilomètres de voies ferrées.
Pour faire circuler les trains, il a fallu aménager les voies ferrées, creuser des tunnels, construire des ponts et installer des gares. Cela a stimulé l'industrie.
L'essor de la navigation maritime
A partir de 1850, les bateaux à vapeur, appelés "steamer" sont construits en tôle. Ils peuvent transporter beaucoup plus de marchandises et de passagers que les bateaux à voiles. Le commerce maritime connaît ainsi un grand essor.
Pour accélérer les traversées, des canaux transocéaniques sont percés : le canal de Suez (1869) entre la Méditérranée et la mer Rouge, le canal de Panama (1914) entre l'océan Atlantique et l'océan Pacifique.
La naissance de l'automobile et de l'avion
L'automobile à essence naît en 1886. A ses débuts, elle coûte très cher et les fabricants n'en produisent parfois que quelques exemplaires. En 1914, seules les usines de l'Américain Henry Forf fabriquent des automobiles en série.
L'aviation est à ses débute : en 1890, Clément Ader fait décoller sur 50m environ un premier engin, et les frères Wright réalisent le premier vol en 1903.
Une mobilité accrue
Le chemin de fer et la navigation maritime multiplient les possibilités de déplacement des idées, des hommes et des marchandises. Les matières premières et les produits industriels sont transportés sur de grandes distances. Des régions autrefois isolées s'ouvrent au monde moderne.
réf : (21)


L'invention des rails en fer utilisés d'abord dans les mines pour guider les wagonnets de charbon a permis la construction des chemins de fer.
Les premiers navires, actionnés par deux roues à aube, ont circulé d'abord sur les cours d'eau. Bientôt, l'invention de l'hélice rendit les navires plus rapides. Les voiliers allaient disparaître et les bateaux en bois étaient remplacés par des bateaux en fer.
Ces inventions ont transformé profondément la vie des gens.
Au XIXè siècle, le développement de l'industrie et de l'agriculture a rendu nécessaire l'amélioration des voies de communication et des moyens de transports. Les routes étaient élargies, aplanies et revêtues d'un mélange de gravier et de goudron. Les premiers pont métalliques étaient construits.
La diligence transportait une quinzaine de voyageurs qui s'installaient dans trois compartiments différents suivant le prix des places. Conduite par le postillon, la diligence faisait une halte tous les vingt kilomètres environ pour changer d'attelage. Il fallait seize heures pour aller de Paris au Havre.
Les gens plus pressés et plus fortunés pouvaient gagner une heure en prenant la malle-poste.
La malle-poste, tirée par deux chevaux, était le moyen de transport le plus rapide jusqu'au milieu du XIXè siècle. Chargée d'acheminer le courrier, elle n'acceptait que deux voyageurs pour un prix très élevé.
Dans les régions montagneuses, il arrivait souvent de partir à pied pour aller jusqu'à la grande ville. On marchait ainsi une journée, parfois plus.
Ensuite les chemins de fer ont remplacé peu à peu la diligence et la malle-poste. Ainsi les diligences n'assuraient plus les transports que dans les lieux où le chemin de fer n'allait pas encore.
Avant la Révolution, l'ingénieur français Cugnot avait fabriqué une voiture à vapeur. Au XIXè siècle, de nombreuses transformations de la voiture de Cugnot et la mise au point des rails allaient permettre à l'anglais Stephenson de construire la première locomotive à vapeur.
En France, le premier chemin de fer reliait les mines de Saint-Etienne à la région industrielle de Lyon. Cinq ans plus tard, le premier train de voyageurs circulait entre Paris et Saint-Germain.
Cependant il a fallu attendre quelques années pour que le chemin de fer triomphe. La méfiance était grande devant cette machine qui crachait le feu, effrayait les vaches. La construction des voies ferrées exigeait des travaux considérables et la fabrication des rails demandait beaucoup de métal.
Sur les fleuves et les canaux, le steamer, énorme bateau à vapeur propulsé par deux roues à aube, remplaçait le "coche-d'eau", grosse barque tirée par des chevaux le long de la berge (sur le chemin de halage).
Sur la mer, l'"Elisa" a été le premier steamer qui a assuré la liaison entre Paris et Londres.
Les progrès accomplis dans les transports allaient permettre aux villes de s'agrandir et à l'industrie de connaître un grand essor.
réf : (12 et 15)


L'emploi de la machine à vapeur permettait également la construction de nouveaux moyens de transport..
La locomotive a remplacé, en quelques années, la diligence trop lente et trop chère. Le chemin de fer a contribué au développement industriel grâce au transport des matières premières et a rompu l'isolement de certaines régions. Dans chaque ville, une gare apparaissait, permettant aux voyageurs comme aux marchandises de circuler d'une région à une autre.
A la même époque, la navigation maritime se développait considérablement. De grands steamers (navires à vapeur) traversaient l'Atlantique Nord et permettaient le rapprochement des continents. A la fin du XIXè siècle, de nouvelles sources d'énergie allaient être utilisées : d'abord le pétrole avec le moteur à explosion des premières automobiles, puis l'électricité remplaçant le gaz dans l'éclairage.
réf : (13 et 14)


Les chemins de fer
Au début du 19è siècle, un ingénieur anglais, Georges Stephenson, met au point une machine à vapeur qui tire des wagons sur des rails en acier. A partir de 1830, les grandes villes industrielles d'Angleterre puis de France sont reliées par le chemin de fer. Les trains transportent de plus en plus vite des voyageurs, du bétail, des marchandises.
Peu à peu, le prix des transports baisse. Ceci favorise le développement de l'agriculture et de l'industrie.
réf : (10)


Au XIXè siècle, l'industrie nouvelle exige de grandes quantités de matières premières et de nombreux clients. Les transports lointains sont de plus en plus fréquents. On utilise des bateaux plus gros, plus rapides, plus solides, équipés de machines à vapeur.
Depuis 1803 on sait utiliser la machine à vapeur pour propulser un bateau. A partir de 1850, la voile n'est plus que l'auxiliaire de la machine. Peu à peu, de nombreux bateaux sont propulsés à l'aide d'une hélice. En 1840, le "Britania" a une vitesse de 16 km/h. En 1908, le paquebot "Mauretania" atteint 47 km/h
On réduit les distances entre les ports lointains en entreprenant des travaux gigantesques : on perce des canaux interocéaniques à travers les isthmes de Suez en Egypte, et de Panama en Amérique centrale. Ils permettent en particulier aux bateaux anglais et français de joindre plus rapidement et plus sûrement la métropole aux territoires coloniaux.
Avec les trains et les nouvelles routes, c'est une révolution des transports qui commence.
Entre 1852 et 1870, des compagnies privées, aidées par l'Etat, construisent la moitié du réseau français. Le train permet à la plupart des régions de France de sortir de leur isolement et d'échanger leurs productions.
Les Français entrent dans l'époque de la vitesse et de la communication.
réf : (11)


Sans cesse, de nouvelles machines apparaissent et la ligne de chemin de fer Saint-Etienne - Lyon est inaugurée en 1831. Attention ! Le cor se fait entendre, le train va partir. Par ici, les voyageurs de première classe, montez dans les voitures où pendent des lampes à huile ! Par là, ceux de la troisième classe, achetez des bougies et des allumettes ! Dans les tunnels, il fait noir.
Les rails sortent par milliers des fonderies du Creusot, et tissent autour de Paris une gigantesque toile d'araignée en acier. Les architectes construisent d'immenses gares en fer et en verre. Avec leurs colonnes et leurs sculptures métalliques, on dirait les temples des temps nouveaux. Quand le train arrive pour la première fois dans une gare, le canon gronde, les tambours battent et les prêtres bénissent les locomotives Crampton, toutes enguirlandées de fleurs, de feuillages et de drapeaux.
Avec les trains, arrivent les produits nouveaux.
réf : (17)


Une révolution : le chemin de fer
21 mai 1856. La première locomotive à vapeur s'arrêta en gare du village. Le maire et le conseil municpal avaient pris place sur les sièges en bois... Les pessimistes avaient prédit tous les malheurs. Pensez donc, à 50 kilomètres à l'heure ! Surtout qu'il fallait s'engouffrer dans ce tunnel ! Les vaches effrayées ne donneraient plus de lait ; les meules de foin seraient incendiées par les étincelles s'échappant des locomotives...
Pourtant, tout le monde au village sentait bien que la vie allait être bouleversée. On s'en rendit vraiment compte quand, le mois suivant, arrivèrent trois wagons complets d'engrais. Beaucoup de paysans avaient entendu dire que, loin d'ici, des agriculteurs utilisaient ces engrais et que le blé était plus beau, et les récoltes bien plus abondantes. Mais ici personne encore n'en avait utilisé.
Et puis, Paris, désormais, n'était plus si loin. De même, on pouvait expédier des animaux vivants jusqu'aux abattoirs de la grande ville. Certains avaient bien affirmé que les bêtes crèveraient dans les wagons ! Il n'en fut rien, et l'élevage se développa. Près de la gare, une foire aux bestiaux s'organisa. Tous les mois, des villages voisins venaient des éleveurs avec leurs animaux à vendre et à expédier. Pour les accueillir, on ouvrit un restaurant.
réf : (18)


 

 


retour aux manuels scolaires

 


idées cadeaux !


sites partenaires
Au Blason des Armoiries

Charles de Flahaut - Au blason des armoiries - Revues historiques - Annuaire Histoire - Boutique Histoire
Lettres et Mémoires du 19è siècle - Histoire et manuels scolaires
La Boutique de l'Histoire - Annuaires spécialisés

dernière modification : 12 septembre 2014
règles de confidentialité