L'Histoire dans les manuels scolaires (Révolution, Restaurations, Empires)

Les débuts de l'industrialisation

Au cours du XVIIIè siècle, la machine à vapeur inventée par Papin a été perfectionnée. Elle est maintenant adaptée à des fonctionnement variés : machine à pomper l'eau dans les mines, "remorqueur à vapeur" et bientôt source d'énergie continue pour faire fonctionner des machines. Une véritable révolution industrielle est née.
Au cours de la première moitié du XIXè siècle, la France s'industrialise, malgré des secousses politiques importantes. Des usines se créent un peu partout, soumettant hommes, femmes et enfants à de dures conditions de travail.
C'est en Angleterre, dès le XVIIIè siècle, que naît l'idée d'utiliser des rails pour guider des wagonnets. D'abord en bois, ils furent ensuite fabriqués en fonte, puis en fer. Stephenson construisit la première locomotive capable de tirer un convoi de 13 tonnes à 25 km/h . Le train est la plus spectaculaire utilisation de la vapeur.
La force motrice développée par la machine à vapeur est importante et continue. Elle peut actionner jour et nuit un grand nombre de machines que l'on concentre dans un même lieu, l'usine.
L'usine est une immense unité de production ; les équipes d'ouvriers se relaient jour et nuit. Les femmes et les enfants, moins payés que les hommes, sont les plus nombreux. La journée de travail est souvent de 12 à 14 heures.
A toute vapeur
La machine à vapeur est considérablement améliorée et entre dans de nombreux secteurs de l'industrie : une charrue à vapeur est inventée, mais son principe est abandonné. Par contre les rotatives et les marteaux pilons à vapeur équipent les imprimeries et usines métallurgiques. Des bateaux à vapeur commencent à emprunter des routes commerciales. Parallèlement, d'autres inventions vont avoir une grande répercussion : Nicéphore Niepce et Daguerre obtiennent les premières photographies. Volta conçoit et réalise la première pile électrique : cette invention capitale détrônera un jour la vapeur qui, pour le moment, règne sans partage dans la science et l'industrie.
La mécanisation de la filature
La force de la vapeur entraîne les machines grâce à un système de poulies et de courroies de tranmission. L'industrie textile a été la première à mettre au point une machine spécialisée pour chaque travail à effectuer.
Les régions minières connaissent un développement considérable. Le charbon n'est pas seulement une source d'énergie ; il est aussi une matière première car il est utilisé dans la fabrication de la fonte et de l'acier.
Une mine comprend des galeries souterraines superposées et deux puits pour assurer leur ventilation en permanence. Le puits principal sert à la descente et la remontée des mineurs, mais aussi à l'évacuation du charbon.
Pour que l'extraction du charbon ne soit pas interrompue, les mineurs se relaient par équipes, jour et nuit.
Les conditions de travail sont inhumaines, les risques d'accident nombreux.
Du sous-sol on extrait aussi différents minerais dont le zinc, utilisé dans la nouvelle architecture. Avant de le porter au four, il faut éliminer au maximum les impuretés par des tris, tamisages et concassages.
Le travail des mines attire les hommes, les femmes et les enfants de la campagne car le salaire, bien que modeste, est fixe.
Les usines sidérurgiques se multiplient près des mines de charbon et de fer. Elles produisent la fonte et l'acier nécessaires à la fabrication des nouveaux moyens de transport et des machines destinées aux usines, telles les usines textiles.
En 1840, l'invention du marteau-pilon révolutionne la production ; grâce à cet outil actionné par la vapeur, on peut désormais forger d'énormes pièces pour l'armement, les chemins de fer, les bateaux.
Entre 1836 et 1855, les frères Schneider font du Creusot un atelier de constructions mécaniques considéré comme un des plus vastes et des mieux outillés du monde.
Le travail du coton se modernise. Le coton offre une fibre légère, résistante et bon marché. Elle permet la mécanisation des différentes opérations de transformation : égrenage de la fleur, filage et tissage sur des métiers mécaniques. La plupart des machines utilisées ont été inventées par des Anglais, excepté le métier Jacquard.
réf : (2)


La révolution industrielle
Depuis le 17è siècle, on sait que la vapeur produit de l'énergie.
Au 18è siècle, les Anglais (James Watt est le plus connu) utilisent cette découverte pour mettre au point les premières machines à vapeur, entièrement automatiques. Le combustible qu'elles utilisent pour porter l'eau à ébullition dans une chaudière est le charbon, encore appelé houille. C'est dans les pays riches en mines de charbon comme l'Angleterre, puis l'Allemagne et la France, qu'apparaissent les nouveaux paysages industriels, ceux des usines et des hauts fourneaux. Les hauts fourneaux sont d'énormes fours surmontés de hautes cheminées. On y chauffe du minerai de fer pour obtenir de la fonte, qui sort en coulée brûlante.
La vapeur actionne aussi les marteaux des forges, les métiers à tisser, les machines à imprimer et beaucoup d'autres machines puissantes. A côté de l'industrie textile traditionnelle (ateliers et manufactures), de nouvelles industries se développent : celles de la sidérurgie et de la métallurgie.
Les machines remplacent l'homme pour beaucoup de tâches. Elles ne s'arrêtent jamais, et les ouvriers doivent être là pour les alimenter, les surveiller, les réparer. Ils travaillent longtemps chaque jour et dans des conditions très pénibles.

Les hauts fourneaux
"Nous sommes en face du Creusot, la plus grande usine de France et peut-être d'Europe. Il y a ici quantité de machines et de fourneaux et plus de 16000 ouvriers qui travaillent nuit et jour pour donner à la France une partie du fer qu'elle emploie. C'est de ces machines et de ces énormes fourneaux chauffés à blanc continuellement que partent les lueurs et les grondements qui nous arrivent...
... Chacune des parties de l'usine est reliée à l'autre par des chemins de fer : c'est un va-et-vient perpétuel
- Mais, dit Julien, c'est comme une ville, cette usine-là. Quel grand bruit cela fait ! et puis tous ces mille feux, cela éblouit. Un peu plus on aurait grand peur..."
Le Tour de la France par deux enfants (1879)
réf : (4)


L'industrialisation se répand progressivement en France, en Belgique et en Europe occidentale. Elle repose d'abord sur le charbon puis, après 1880, sur l'électricité et, vers 1900, sur le pétrole. De nouvelles industries se développent alors : la chimie, la métallurgie et la sidérurgie.
Le développement des usines. Les machines sont très encombrantes et réclament beaucoup de main d'oeuvre. On construit donc près des villes ou des mines des grands bâtiments où les machines et les ouvriers sont rassemblés : ce sont les premières usines.
réf : (21)


La machine à vapeur, alimentée au charbon, était connue depuis le XVIIIè siècle.
Au XIXè siècle, l'utilisation de la vapeur a fourni l'énergie dans les usines et dans les transports terrestres ou maritimes. Le besoin en charbon a augmenté. Les mines se sont considérablement développées mais dans des conditions de travail très pénibles pour les mineurs.
La production industrielle a énormément progressé grâce au machinisme. De grandes usines se sont édifiées dans les régions de bassins houillers (Nord et Massif Central) Chacun rassemblait plusieurs centaines d'ouvriers travaillant aux machines nouvellement installées et fonctionnant souvent dans de mauvaises conditions de sécurité.
L'emploi de la machine à vapeur permettait également la construction de nouveaux moyens de transports.
La locomotive a remplacé, en quelques années, la diligence trop lente et trop chère. Le chemin de fer a contribué au développement industriel grâce au transport des matières premières et a rompu l'isolement de certaines régions. Dans chaque ville, une gare apparaissait permettant aux voyageurs comme au marchandises de circuler d'une région à une autre.
réf : (13 et 14)


A partir du milieu du XIXè siècle, la science, la technique et une plus grande richesse permettent de rassembler des centaines d'ouvriers pour fabriquer des quantités très importantes de marchandises variées. On appelle cette période la révolution industrielle parce qu'elle correspond à un changement total dans la production et la consommation d'objets fabriqués.
Alors que l'artisan fabrique des produits à son goût, où à la demande du client, l'ouvrier avec ses machines transforme des matières premières en de grandes quantités de produits idetiques sans connaître le client auquel ils sont destinés.

illustrations :



retour aux manuels scolaires


idées cadeaux !


sites partenaires
Au Blason des Armoiries

Charles de Flahaut - Au blason des armoiries - Revues historiques - Annuaire Histoire - Boutique Histoire
Lettres et Mémoires du 19è siècle - Histoire et manuels scolaires
La Boutique de l'Histoire - Annuaires spécialisés

dernière modification : 12 septembre 2014
règles de confidentialité