L'Histoire dans les manuels scolaires (Révolution, Restaurations, Empires)

Louis-Philippe, dernier roi des Français

Maîtres du pouvoir après les Trois Glorieuses, certains révolutionnaires veulent rétablir la République, d'autres l'Empire. Finalement, les députés gardent la royauté et choisissent un cousin de Charles X, qui est proclamé roi des Français sous le nom de Louis-Philippe.
Louis-Philippe veut enrichir la bourgeoisie
Louis-Philippe choisit ses ministres parmi les bourgeois, tandis que, sous la Restauration, le roi avait favorisé les nobles émigrés. Il rétablit le drapeau tricolore et promet d'appliquer les réformes de la Révolution. Il diminue un peu les impôts à payer pour être électeur. Son principal ministre, Guizot, fait voter de nombreuses lois pour développer le commerce et l'industrie. Le mot d'ordre (recommandation que l'on doit considérer comme un ordre) semble être : "Enrichissez-vous !"
S'il tient à maintenir la paix nécessaire à la prospérité du pays, Louis-Philippe poursuit néanmoins la conquête de l'Algérie, commencée en 1830 sous le règne de Charles X. Le général Bugeaud oblige le chef arabe Abd el-Kader à se soumettre à la France. Les colons s'établissent peu à peu en Algérie.
La politique de Louis-Philippe, favorable aux bourgeois, n'améliore guère le sort du peuple. Les ouvriers travaillent 12 heures par jour pour un salaire qui leur permet à peine d'acheter 3 kg de pain. Ils se trouvent souvent en chômage. Des femmes, des enfants de moins de 10 ans sont employés pour presque rien dans les usines.
Aussi les ouvriers se révoltent-ils dans les grandes villes industrielles, Lyon, Saint-Etienne, Paris...
Une nouvelle Révolution éclate en 1848
Ceux qui veulent rétablir la République organisent à travers la France des réunions où ils réclament surtout le suffrage universel, c'est-à-dire le droit de voter pour tous, riches et pauvres.
Le roi interdit une de ces réunions à Paris. Alors, pour protester, des cortèges se forment sur les boulevards de la capitale. Des heurts se produisent avec la police. Devant la maison de Guizot, trente manifestants (gens qui expriment sur la voie publique une opinion souvent hostiles aux autorités) sont tués. Dès le lendemain, 24 février 1848, des barricades s'élèvent dans les rues. Et la bataille fait rage.
Abandonné de tous, Louis-Philippe est obligé à son tour de se réfugier en Angleterre.
Depuis cette date, la France n'a plus été gouvernée par un roi.
réf : (1)


La bourgeoisie aisée craint la République. Elle offre le trône au duc d'Orléans qui prend le nom de Louis-Philippe Ier, roi des Français.
Cependant, cette période, appelée la Monarchie de Juillet, ne satisfait pas le peuple dont la misère s'accroît alors que les plus riches s'enrichissent davantage. En février 1848, la révolution éclate une nouvelle fois et la IIè République est proclamée. Les républicains établissent la liberté de la presse, la liberté d'association, le suffrage universel masculin ; ils abolissent l'esclavage dans les colonies. Cependant les difficultés économiques subsistent. La bourgeoisie aisée se tourne alors vers un neveu de Napoléon Ier, Louis-Napoléon Bonaparte. Celui-ci est élu Président de la République en décembre 1848.
réf : (2)


Un cousin de Charles X, Louis-Philippe, devient roi. Il a de grandes qualités et vit simplement. Il n'est pourtant pas très populaire.
Les ouvriers qui veulent rétablir la République se révoltent contre lui. Ces révoltes sont durement réprimée.
La conquête de l'Algérie se poursuit sous Louis-Philippe. Les Français sont commandés par un bon général, Bugeaud. Les Algériens ont à leur tête un chef habile, Abd el-Kader. Celui-ci se rend après sept ans de combats. L'Algérie va devenir, avec l'aide des Français, un riche pays agricole.
réf : (6)


La révolution de 1848 provoque l'abdication de Louis-Philippe et la chute du régime.
réf : (21)


Louis-Philippe, le nouveau roi, favorise le commerce. Mais le sort du peuple ne s'améliore pas.
réf : (9)


Louis-Philippe a gouverné avec les riches bourgeois propriétaires des premières usines.
Or, en même temps que le nombre des usines augmentait, les ouvriers devenaient de plus en plus nombreux. Ils touchaient un salaire misérable, n'avaient pas le droit de vote et ne participaient pas à la direction du pays malgré leur nombre important..
Beaucoup de Français étaient mécontents. Une nouvelle Révolution a éclaté en 1848 : la Seconde République était proclamée. Le suffrage universel était décidé.
réf : (13 et 14)


La bourgeoisie maintient la monarchie et impose un nouveau roi. Louis-Philippe Ier est favorable aux idées de 1789. Mais il confie le gouvernement aux hommes les plus riches et les plus connus. Pendant dix-huit ans, ceux-ci vont maintenir la royauté qui leur est favorable : on les appelle les Conservateurs. Ils vont s'opposer aux Républicains, partisans d'un progrès plus juste avec moins d'inégalités.
Pendant toute cette période, la France est en paix avec l'Europe. Elle en profite pour faire la conquête de l'Algérie et établir de l'autre côté de la Méditerranée de nombreux colons attirés par ces vastes territoires. La conquête est marquée, entre 1839 et 1847 par la longue lutte du général français Bugeaud contre le chef arabe Abd el-Kader. Celui-ci écrivait à son adversaire : "Quand ton armée marchera en avant, nous nous retirerons, mais elle sera forcée de se retirer et nous reviendrons; ... Nous fatiguerons (tes troupes), nous les harcèlerons, ... le climat fera le reste..." Finalement battu par des forces supérieures en nombre, Abd el-Kader est obligé de se rendre en 1847.
réf : (11)


Mais à peine le roi Charles X s'est-il enfui, que Louis-Philippe d'Orléans est élevé au trône de roi des Français. De 1830 à 1848, presque rien ne change dans la vie politique, mais partout les villes s'accroissent. Venez en ville, gens des villages, on propose des emplois.
Le 23 février 1848, des torches allumées précèdent un chariot attelé à un cheval blanc. Il pleut très fort, les rues sont pleines de boue et sur le chariot sont entassés des cadavres. La troupe des soldats vient de faire feu sur les manifestants ouvriers. "Vengeance ! vengeance !" crie le peuple des faubourgs. Les ventres-creux quittent leurs taudis, leurs caves, leurs greniers. La foule grossit d'heure en heure, va aux Tuileries, et crie : "Ni roi, ni reine !" Le 24 février 1848, un mot vole sur toutes les bouches : "République". Louis-Philippe d'Orléans s'enfuit. La Deuxième République commence.
réf : (17)


illustrations

retour aux manuels scolaires

 


idées cadeaux !


sites partenaires
Au Blason des Armoiries

Charles de Flahaut - Au blason des armoiries - Revues historiques - Annuaire Histoire - Boutique Histoire
Lettres et Mémoires du 19è siècle - Histoire et manuels scolaires
La Boutique de l'Histoire - Annuaires spécialisés

dernière modification : 12 septembre 2014
règles de confidentialité