Correspondance intime du général Jean Hardy de 1797 à 1802
recueillie par son petit-fils, le général Hardy de Périni
Plon-Nourrit (Paris) - 1901

Avant-propos (extraits) :
Connaissez-vous Jean Hardy, l'un des plus remarquables généraux de la Révolution, mort à quarante ans, à Saint-Domingue ?
Voici ses états de service.
Il est né à Mouzon, dans les Ardennes, le 19 mai 1762.
La Révolution l'a trouvé fourrier à Royal-Monsieur, attendant son brevet de sous-lieutenant.
Il fut des premiers à s'enrôler devant l'autel de la patrie et il conduisit à l'armée du Nord les volontaires d'Epernay. C'est à leur tête qu'il gagna, sur la butte de Valmy, ses épaulettes de chef de bataillon (20 septembre 1792)
Commandant du 7è bataillon de la Marne à Wattignies (17 octobre 1793) il fut chargé, en novembre, de défendre Philippeville contre les Autrichiens, et réussit, par de vigoureuses sorties, à ravitailler cette place, qu'il conserva à la France...
Ses lettres à sa femme ... nous dévoilent son grand coeur et son noble caractère. Mais elles jettent aussi une vive lumière sur les événements auxquels il a pris part ou qu'il relate, depuis la dernière campagne de Sambre-et-Meuse, en avril 1797, jusqu'à la conquête de Saint-Domingue, en mai 1802.
Nous avons élagué de cette correspondance les tendresses, les détails d'intérieur, les préoccupations familiales, pour ne conserver que ce qui intéresse l'histoire de notre chère France, que Jean Hardy aimait tant et qu'il a si bien servie.

télécharger le document (numérisation Gallica 2)



 

dernière modification : 18 mars 2013
règles de confidentialité