Accueil - Plan du site
Biographie sommaire
Bibliographie
Correspondances
Origines - Généalogie
Famille - Entourage
Carrière militaire
Carrière diplomatique
Fonds Flahaut
Etudes

Ressources
Evénements
Anecdotes
Articles de presse
Index des personnages
Actualités et mises à jour
Liens - Lettres et Mémoires
Contact

A consulter :

Annuaire Histoire
Lettres et Mémoires du 19è
Revues historiques
Histoire et manuels scolaires
La boutique de l'Histoire

Au Blason des Armoiries




Recherche personnalisée
 

18 août 1800

Louis Bonaparte à Mme de Flahaut

 

"Je ne puis accepter la Belle normande de votre Charles , Madame parce que de tous les défauts possibles, celui que je crains et que je hais le plus c'est l'égoïsme. Il est plus juste qu'un dragon ait un bon, beau et solide cheval, qu'un colounel (sic) qui doit en avoir plusieurs. Ainsi vous ne l'offrirez pas - ou en traduisant cette offre à la manière de Sterne, je croirai que vous me jugez mal. Vous me voyez avec des yeux trop beaux et trop flatteurs, pour que je ne désire pas d'être meilleur autant que possible. Je vous demande de me faire acheter par votre parent la jument qui va le Diable, dont vous m'avez déjà parlé, et celle dont vous me parliez aujourd'hui, qui est dressée ; cette qualité est précieuse pour moi dans ce moment-ci. Je prends ici les eaux minérales artificielles, cela m'oblige à une vie réglée.
Je veux vous faire part, Madame, d'un projet qui sera exécuté si je m'en sens les forces. Nous jouons à la Malmaison la comédie tous les decadis. Nous sommes fort embarrassés de trouver des pièces. Nous jouons celles que l'on donne aux Français, et quoique nous n'ayons pour spectateurs que des gens fort légers, il y a éclipse. Tout le monde pense que si nous donnions des pièces tout à fait nouvelles, cela nous sauverait la comparaison. J'ai donc formé le projet d'une comédie ; depuis longtemps, je mets mes délices à me voir jouer. Le sujet, et le plan m'embarrassaient également. Je veux y mettre un peu de morale, pas de pédanterie, et de la nouveauté - c'est beaucoup, mais enfin c'est quelque chose que la volonté. J'ai trouvé le sujet, il n'y a plus que le reste qui m'embarrasse, mais je prends patience, comme un roi déchargé du poids de mon gouvernement pour tout le mois prochain. J'espère qu'une fois reposé, ma tête et mon cœur pourront s'entendre pour l'exécution de mon grand projet. J'ai bien résolu de ne la lire qu'à vous et aux artistes de la Malmaison. Si vous me promettez de l'écouter je me mettrai à l'ouvrage de suite, mais ne divulguez pas mon secret. Je ne suis encore auteur que dans l'avenir, et en vérité c'est beaucoup que l'espoir, quand on songe que tant de savants et d'instituts ne peuvent plus en avoir, et qu'en voulant enforcer les portes du temple de mémoire ils s'y sont écrasés. Pardonnez-moi cet anathème ; il me prouve déjà que je réussirai, car c'est ainsi que débutent les hommes savants de nos jours !
Pardon, Madame, de mes jeux de mouche, de mon bavardage. Ne voyez, je vous en supplie, que l'hommage de mon admiration et de ma vive reconnaissance."
Louis Bonaparte

* Flahaut (Françoise de Bernardy / Perrin / p.38)
* The First Napoleon / Some unpublished documents from the Bowood papers / The Earl of Kerry / p. 326-327

  règles de confidentialité
référencements site créé en 1999, mis à jour le 19 mars 2017